Félicitations !


Le journal officiel de la République Française du 12 Avril nous livre la promotion de Pâques des nominations dans l’ordre national de la Légion d’Honneur. Et, accessoirement, le décret d’appellation du Pommeau de Normandie ;-)

Aucun vigneron.

Bien sûr, ais-je envie d’ajouter, sarcastiquement. Le seul « vin », c’est le « vin » de Vincent Bolloré ;-)

On y trouve de tout, d’une infirmière à un artisan sellier-carrossier , d’une secrétaire à un cadre d’EDF,  d’un directeur commercial à un ancien combattant (ouf, il y a en une flopée, d’anciens combattant; la guerre, y’a que ça de vrai, pour la LH), d’une bonne sœur (Chantal-Marie, en religion) à un restaurateur, d’un dentiste à un « ancien » sportif… Et bien sûr beaucoup, beaucoup de fonctionnaires, de maires, de députés, de commissaires de polices et autres enseignants du primaire à  l’université, tous plus méritants, n’en doutons pas, les uns que les autres…

Mais pas de vigneron.

Ou alors, je me suis gouré et n’ai pas tout regardé, ce qui est possible. S’il fait aussi mauvais temps aujourd’hui chez vous que chez moi, c’est une occupation comme une autre. C’est ICI.

Voilà l’extrait des nomination de notre cher ministre de l’Agriculture. C’est édifiant.

Ministère de l’agriculture et de la pêche

Au grade d’officier

M. Guyau (Luc, Denis, Marie), président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture. Chevalier du 19 février 2001.

Mme Lefort-Buson (Marianne, Madeleine, Marie), directrice d’un pôle de recherche scientifique. Chevalier du 31 janvier 2001.


Au grade de chevalier

Mme Becquet, née Banse (Marguerite, Marie), exploitante agricole; 36 ans d’activités professionnelles.

Mme Bernard, née Michon (Lucienne, Henriette, Georgette), ancienne exploitante agricole en polyculture et élevage; 53 ans d’activités professionnelles.

M. Boulain (Alfred, Joseph), administrateur du Conseil national de l’enseignement agricole privé; 55 ans d’activités professionnelles.

M. Bourgeois (Jean-Marie, Abel), président d’une société viticole; 52 ans d’activités professionnelles.

M. Cazaubon (Jean-Louis, Victor), président d’une chambre départementale d’agriculture; 33 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

M. Dedieu (Jacques, Marie), ingénieur général du génie rural, des eaux et des forêts; 37 ans de services civils et militaires.

Mme Domenc (Sylvie, Nicole), chef d’une entreprise fromagère; 31 ans d’activités professionnelles.

M. Goubin (Jean), ancien président-directeur général d’une société d’accouvage; 55 ans d’activités professionnelles.

M. Herpe (Gilbert, Alphonse, Louis), président d’un groupe coopératif agricole; 36 ans d’activités professionnelles.

Mme Hugon, née Pickmann (Danièle, Nicole), présidente d’une chambre syndicale de fleuristes; 41 ans d’activités professionnelles.

Mme Langevin-Mijangos (Françoise, Anne), adjointe au directeur d’un office agricole; 39 ans de services civils.

Mme Lefebvre, née Contini (Laurence, Chantal, Claude), chef d’un département de l’Office national des forêts; 27 ans de services civils.

M. Lerch (Lionel, Henri, Edouard), directeur d’un groupe coopératif viticole; 38 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

Mme Madignier, née Ebert (Marie-Laurence, Suzanne, Raymonde), sous-directrice au ministère; 30 ans de services civils.

Mme Maheut, née Odievre (Eliane, Marie, Louise), directrice d’un lycée maritime; 29 ans d’activités professionnelles.

M. Monin-Picard (Louis, Régis, André), président d’une association pour le développement de l’agriculture; 48 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

M. de Montgolfier (Ghislain, Roger, Marie), président d’une maison de champagne; 42 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

Mme Philippon, née Bargeon (Arlette, Sylvie, Thérèse), éleveuse de bovins; 37 ans d’activités professionnelles.

Mme Renaud, née Guyot (Colette, Marcelle, Marie-Thérèse), ancienne exploitante agricole en production laitière et céréalière; 57 ans d’activités professionnelles.

M. Saint (Pierre-Yves, Alain, Marcel), secrétaire général du Centre national du machinisme agricole, du génie rural, des eaux et des forêts; 30 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

M. Sion (Bernard), exploitant agricole; 30 ans d’activités professionnelles et de services militaires.

Mme Taupin, née Charbonnier (Micheline, Simonne), éleveuse d’ovins; 45 ans d’activités professionnelles.

Oups : il y a là un champenois (Bollinger) et un coopérateur. Et un président de société viticole, mais je sais pas ce que c’est exactement, une société vinicole. Mais aucun vigneron, disons, allez, au moins un de ceux cité dans le Bettane-Desseauve, par exemple. Un dont le nom, dans le monde entier, fait rêver…

Oh, non que je pense que mon métier soit plus important qu’un autre. Je ne sauve pas des vies. Je n’invente pas grand chose. L’avenir du monde ne dépend pas de mon travail. Mais vu à qui on donne aujourd’hui la légion d’honneur (au hasard, Dominique Farrugia, qui a fait beaucoup pour la reconnaissance du pet français dans le monde…), je me demande si quelques grands vignerons, qui font tant pour le prestige de la France, quelques grands œnologues, références mondiales, quelques grands négociants qui se défoncent pour équilibrer un peu la balance du commerce extérieur, ne la mériterait pas. Oh, je sais que certains l’ont, mais ils sont rares. Peut-être, finalement, ne la demandent t’ils pas ou la refusent t’ils quand on leur propose, parce qu’ils s’en foute…

Prochain article : pourquoi personne du vin n’accompagne jamais le président de la République en voyage officiel commercial ? Puis : pourquoi les ministères et l’Élysée n’ont ‘il pas un carte de vin de ouf, vitrine du travail des vignerons, des plus prestigieux aux plus inconnus, tous méritants ?

Finalement, la réponse est toujours la même : le vigneron, le vin, la vigne, tout cela est méprisé, au mieux ignoré par l’Etat, qu’on le veuille ou non… Emploi, aménagement et entretient du territoire, prestige à l’étranger, balance commerciale n°1, pourtant, honnêtement, nous mériterions une autre place et d’autres égarts. Peut-être ne savons nous pas faire…

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives