Vendanges 2017 – Jour 7 – Soudain, ton cœur s’arrête…


Journée de rêve. Jusqu’à ce que…

Vermentino parfait. La vigne pousse, s’installe, il faut 7 ans ici. A la sixième année, on commence à voir les bois qui se renforcent, les sarments qui se musclent.

«Un bon coq n’est jamais gras» : à rien avoir à manger et bien peu à boire, plantée sur de la roche concassée, la vigne ne peut pas vraiment grossir. Bon, je sais, le proverbe n’a pas vraiment ce sens là. Mais ça m’amusait de le placer là. Je fatigue, déjà…
vermentino1

Vendanger de beaux raisins, c’est bien. Vendanger une vigne dont a rêvé, qu’on a plantée, cultivée, au bon moment, voir au jour parfait de maturité, c’est le pied. Et ce matin là, c’était le cas. Et quand en plus tu as «belle récolte», c’est à dire plus que tu avais imaginé, c’est merveilleux. Arrêtez de fantasmer, on parle de quatre petites grappes par pied. Mais pour moi ça veut dire beaucoup. Les grains ont gonflé, le goût est à la fois mûr, frais, complexe, l’acidité bien présente, c’est parfait. Et comme on a un peu oublié qu’on a planté serré, je me dis que peut-être, l’année prochaine, on pourra enfin répondre à la demande de Sorcières Blanc et arrêter de dire non dix mois par an… Vingt degrés de bon matin alors qu’on est en août (merci les entrées maritimes), les camions frigo ronronnent, la journée s’annonce agréable. Pourvu que ça dure.

vermentino2

Ben voilà, justement, ça ne dure pas. Coup de fil d’un ami, il a vu la voiture d’un de mes vendangeurs, mon plus vieux collaborateur, Yves, accidentée au bord de la route. Mon cœur s’arrête. A t-il quelque chose ? Est il mort, blessé, handicapé ? Mon esprit s’emballe, les scénario catastrophe s’enchainent. Avait il des vendangeurs à bord, ce qui lui arrive de temps en temps ? Y a t-il d’autres blessés ? Je saute dans ma voiture et roule, terrifié, vers l’accident, en me demandant comment l’aider et comment gérer le traumatisme que cela aurait sur ce millésime.

Je l’ai déjà écrit ici ou là, la peur de l’accident, de la mort, est l’angoisse qui tenaille, je pense, tous les vignerons responsables. Dans ce métier, ils sont fréquents, connus, presque acceptés : un tracteur qui se renverse et écrase son chauffeur, une rogneuse qui happe un bras, une pompe à marc dont on ne respecte pas les consignes de sécurité et qui broie une jambe, l’asphyxie au fond d’une cuve, souvent accompagnée de la mort de celui qui porte secours. Affreux. Quotidien. Sur l’excellent site La Passion du Vin, une rubrique montre combien ce métier est ingrat, dangereux, physique, combien tout peut basculer, briser une vie, une famille, un domaine. Et combien il faut vivre avec ce risque.

vermentino-3

 

Sur le lieu de l’accident, pompiers, samu, gendarmes sont déjà là. Yves aussi, il n’a rien, une côte un peu choquée. Un miracle. La voiture d’en face ? Un autre miracle, quatre anglais, une famille, n’ont apparemment rien, à part le choc et ce n’est pas rien.  Mon cœur recommence à battre, reconnaissant aux ceintures, airbags et autre crashtest qui rendent les voitures si sûres. Il n’y avait personne dans la voiture de Yves, sans cela, le bilan n’aurait pas été le même vu le trou dans la porte.

La journée poisse se termine, non sans un moteur de benne qui lâche (1100 euros, plus pose, en commande), le compresseur du camion frigo, pourtant neuf, qui pète (indisponible deux jours), et mon appareil photo qui tombe au sol, dans sa besace mal fermée. Mort. Et m….. On va dire qu’on a concentré, je l’espère, suffisamment de galères pour cette vendange et que toutes étaient le même jour, histoire de positiver.

Soirée compliquée (affaires, papiers, hôpital pour contrôle, etc) et nuit agitée, du mal à évacuer tous les scénarios catastrophe que mon cerveau continue à élaborer. Restons positif, rien ne s’est passé de grave, quel beau Vermentino.

4 commentaires

  • GEVEAUX
    01/09/2017 at 6:31

    Et quel beau « post »… Bon courage, « le Vrai courage ne se laisse jamais abattre ! » et bonnes vendanges.
    Catherine.

  • Pierre L
    01/09/2017 at 11:37

    « De battre mon coeur s’est arrêté » en lisant ce blog …..
    Tous mes encouragements à toute l’équipe. Prudence.Prudence.Prudence. Les passionées, débutants, clients ou prospects attendront bien un peu plus. Ne mettez aucune vie en danger pour quelques grappes de plus. Excellent récolte, et croisons les doigts que le rèste soit à l’image des premiers commentaires – P.A.S.S.I.O.N.N.A.N.T et E.X.C.E.L.L.E.N.T !

  • Lionel Michelun
    01/09/2017 at 3:24

    Belle écriture avec une histoire qui finit bien ! Les vignerons sont parfois aussi des poètes…

  • Alfredo Antonio Romo
    01/09/2017 at 6:10

    « Il y a des solutions pour tout dans la vie, … sauf pour la Mort ! »

    C’est ce que mon père m’a souvent dit et c’est une devise qui, lorsqu’on la confronte à la réalité, permet de relativiser beaucoup de chose. Je suis heureux de savoir votre travail de l’année porter ses Beaux fruits (désolé pour ce jeu de mot involontaire) et votre entourage en bonne santé. Le reste n’est que matériel et permet, une fois le temps passé, de sourire lorsque l’on raconte ses récits.

    Bon courage pour les autres journées et merci de prendre le temps et le soin de nous conter vos aventures !

Laisser un commentaire

Archives