Changer d’angle de vue


Mes billets militants se font rares. Rien de plus normal. Le Clos des Fées, au fil des ans, gagne en prestige et il me faut désormais, souvent, tourner un peu plus ma langue dans l’encrier avant de taper sur mon clavier. Ou un truc comme ça. Mais sachez que ce n’est pas l’envie qui m’en manque.

Mais, ce matin, je pense que je vais me lâcher.

Notre-Dame, je l’ai vue brûler depuis le premier étage de la Tour Eiffel. Remise des prix de la compétition inter-club de dégustation des grandes écoles. Je n’avais pas besoin d’être perché aussi haut pour être ému et pour me souvenir. Comme nous savons tous ce que nous faisions le 11 septembre 2001, nous aurons tous, désormais, un souvenir commun : non pas ce que nous faisions le 15 avril 2019 – nous allons vite oublier la date. Mais ce que nous faisions le «jour ou Notre-Dame a brûlé», oui. Un simple changement de point de vue, vous voyez, cela change tout.

Alors, ce matin, je voulais, suite aux réactions stupides sur le don des grandes fortunes françaises à la restauration de notre «cathédrale commune» (pour une fois que Mélenchon dit un truc intelligent), je vais vous proposer deux versions des mêmes faits. Vous me direz, à la fin, laquelle vous trouvez juste.

Première version : des milliardaires gavés de pognon ont trouvé un moyen de diminuer leur imposition à travers un immonde «Téléthon-pognon» catho, à qui aurait sois disant le plus gros ego, dans le cadre d’un «patrimoine washing» (Marianne) organisé,  une machine à cash alimentée par des deniers publics et destinée à laver leur réputation. C’est immonde.

Deuxième version : malgré des prélèvements fiscaux et sociaux dont la puissance est unique au monde, des entrepreneurs ont développé des entreprises leaders mondiaux dans leurs secteurs respectifs, générant des ressources énormes pour l’état Français, créant des centaines de milliers d’emplois et travaillant sans cesse à améliorer voire à grandir l’image de la France. Des impôts, ils en ont généré par leur talent et leur travail, par les risques qu’ils ont pris aussi, des milliards parce que ce sont des créateurs de richesse naturels. Là, à condition d’accepter de payer 40 % de PLUS d’impôt, on leur autorise à choisir, pour une fois, comment LEUR impôt va être utilisé, au lieu de le verser à des fonctionnaires ou à des politiques qui n’ont jamais rien créé ni ne prendront de risques, qui le redistribueront au fil de leur lubies, de leurs intérêts personnels et/ou électoral forcément démagogiques ou pour contrer la pression de 30 000 connards en jaune.

Et bien moi, mes amis, je trouve la deuxième version parfaitement justifiable et, vue comme ça, elle m’encouragerait même à travailler plus, pour payer plus d’impôts, dont une partie, en payant 40 % de PLUS, me permettrait à MOI de choisir de refaire une salle de classe de MON village, d’entretenir une route que JE saurai utile, de refaire le clocher de la chapelle qui ME fait vibrer ou de financer un centre médical en zone rurale qui serait utile à tous mais aussi à MOI. Et que oui, je trouve ça élégant qu’on me remercie en m’invitant dans la salle restaurée grâce à moi ou au spectacle qui sans moi n’aurait pas existé. On pourrait même, au lieu de m’insulter, me féliciter, ce qui m’encouragerait.

Je vais donc, publiquement, remercier les Arnault, Pinaut, Bouyques et consorts d’avoir ENCORE augmenté le montant de leurs impôts, volontairement, pour que Notre Dame (et tant d’autres choses) soient possibles, plutôt que de voir ce pognon de dingue s’évaporer encore et encore dans la dépense publique. Et dire à tous ceux qui les ont roulé dans la boue que d’une part ils me font honte et que d’autre par, c’est vraiment pas ce qu’il fallait faire pour les encourager à faire plus.

Voilà, c’est dit. Et bien ça fait du bien…

12 commentaires

  • Antagnac vivien
    18/04/2019 at 11:21

    Tout est dit, bravo !

  • Nicolas
    19/04/2019 at 10:14

    Bonjour Monsieur Bizeul,
    Merci pour cet angle de vue. Je dirais que dans la vie, rien n’est blanc ni noir, ma vision est donc entre les deux proposées. Oui, c’est bien qu’ils aient fait ce geste, peut être trop massif et rapide pour être parfaitement honnête, c’est tout de même une position oligarchique de « ce que vous voudrez »-washing… Que retiendra l’histoire ? Que les plus grosses fortunes, qui auront leur nom sur le parvis de Notre Dame, ont été ses sauveurs en 2019… on ne me fera pas croire que c’est innocent, et la couverture médiatique que ça rapporte ne coute pas si cher, l’équivalent de 50 balles si je fais le ratio avec la fortune moyenne du français moyen…
    Mais que font ils pour la plus grande cathédrale des humains, celle qui nous abrite et va bientôt nous faire totalement défaut, je veux nommer notre bonne vieille planète terre, Gaïa pour les intimes? Elle brûle depuis longtemps, tout le monde le sait sans forcement se l’avouer et agir, et tout le monde regarde ailleurs. Pourtant, elle mériterait encore bien plus de puissance et de célérité dans les engagements et les motivations à l’aider à se soigner… Et si nous ne combattons pas cet incendie là, si nous restaurons pas cette cathédrale là, alors leur générosité vis à vis de ce monument historique et fondateur aura été vain, seules les gargouilles pourront encore l’admirer bientôt. On en est là, qu’on le veuille ou non. Et je ne rentre pas dans le débat de l’injustice sociale, de la sape oligarchique de nos sociétés toujours plus tirées vers le bas, et de ce monde qui ne ressemble plus du tout à ce que l’on m’avait promis quand j’étais petit…
    Mais oui, leur geste est généreux, ils n’étaient pas obligés de le faire. Et il est rassurant, c’est donc possible de faire ce que l’on crois impossible 😉
    Quand à choisir où vont nos impôts, oh oui c’est une riche idée. Mais seuls ces puissants ont ce choix, à vous comme à moi, on ne nous le proposera pas… Notre vision intérieure des territoires et bien plus clairvoyante que celle des technocrates qui décident pour nous, en France et pire en Europe, mais chut…
    Bref, cet évènement du 15 Avril me laisse triste (cette cathédrale est plus qu’un tas de pierre, c’est une clef de voute de notre société européenne, française, c’est un point d’énergie vital de choses qui nous dépassent et qu’on a oublié derrière nos écrans), mais aussi nauséeux et encore plus convaincu que globalement les choses ne sont pas près d’avancer.
    j’arrête là le mode « black mind » et je m’en vais observer le printemps, lui il me donne de l’énergie positive (et vous aussi Mr Bizeul, ainsi que vos vins 😉
    Avec tout ma sympathie,
    Nicolas

    • Hervé Bizeul
      19/04/2019 at 2:17

      Bonjour à tous, merci pour vos commentaires. Je n’ai pas d’avis sur ce qu’il faut ou il ne faut pas faire. Je propose une façon de voir les choses sur un fait qui existe déjà : à condition de payer plus, toi, moi, et pas que les riches, peuvent orienter une partie de leurs impots vers une cause qui leur tiens à cœur. Cela devrait être, à mon sens développé et l’on devrait remercier voire donner des avantages à ceux qui payent le plus ou lieu de les stigmatiser. Des choses qui ne coutent rien et ne peuvent pas s’acheter. Dans un biais cognitif positif. Tu restes en France alors que tu pourrais partir ? Tu payes 10 millions d’impôts ? Tu veux faire un tour de sous marin ou de Rafale. Viens, mon ami, monte.
      Vous venez, Carole, Nicolas, d’autres, sur ce blog donner votre avis. Mais libre à vous, dans la vraie vie, j’en suis certains, DE FAIRE DE MEME. Il doit bien y avoir une ONG sur la défense du climat, l’aide aux orphelins, le changement climatique ou Notre Dame. Il faut juste payer plus. Aie. Là, les discours s’arrêtent le plus souvent, quand il faut mettre la main au portefeuille.
      Sur le fond, je n’ai pas d’avis, donc, sur la chose. Mais, sur un don de 100 millions, je remarque que 40 millions sont données en PLUS (à qq choses près). Et je préfère, si vous permettez l’image facile, voir la bouteille à moitié pleine qu’à moitié vide ;-).
      Merci pour messages polis et argumentés. Ce n’est pas le cas en mail privé.

      • Nicolas
        20/04/2019 at 9:54

        Bonjour Hervé,
        Vous avez raison de voir le verre à moitié plein, et raison aussi de dire que si quelqu’un reste volontairement et paye ses impôts en France, sans recourir à l’évasion ou l’optimisation fiscale plus que de raison, alors oui nous devrions lui être reconnaissant, le trouver sympa, etc; Je n’ai rien contre les riches, au contraire, ils sont la pompe qui fait tourner une économie. Mais pour cela ils faut que leurs intentions, leurs stratégies, soient vertueuses et je n’arrive plus à me persuader que ce soit le cas.
        Oui, il y a des ONG pour tout, et beaucoup pour l’écologie (très souvent stigmatisées, de toute façon ce qu’on sait faire de mieux en France, c’est se dresser les uns les autres, sans arguments, vous comprendrez, ce serait fatiguant), et j’en suis depuis très longtemps. Ma vie est organisée entre développement écologique et économique soutenable depuis 20 ans, personnellement et professionnellement.
        Mais ça ne suffit plus. L’urgence, qu’elle soit climatique ou écologique (pollutions, logiques productivistes, etc), est plus que forte, nous sommes au bord du gouffre, un train de roues déjà dans le vide, et là aussi je pèse mes mots. Nous sommes en train de vire un effondrement d’équilibres qu’on croyait immuables : Oui, je l’avoue, je suis un peu collapsologue sur les bords, pour ceux qui connaissent ce courant, mais je me soigne, ce n’est pas une lubie récente mais une pensée construite depuis 20 ans…
        Hier trois de ces grandes ONG environnementales ont fait une opération coup de poing intéressante à La Défense. La conscience citoyenne se réveille, et la désobéissance civile s’organise (c’est un devoir au bout d’un moment).
        J’arrête ici car votre blog n’est pas là pour parler d’écologie ou de politique, du moins pas en profondeur.
        Mais c’est vrai que même si je suis attaché au patrimoine (pour sa valeur immatérielle comme matérielle) , que j’aime profondément les belles et bonnes choses (qui reflètent toujours la passion de belles et bonnes personnes), ce sauvetage de ND est d’une indécence folle au regard de vrais urgences vitales pour nous tous, riches comme pauvres. Juste l’impression que le dicton de Lao-Tseu  » Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt  » est de plus en plus vrai…
        Au passage, dommage qu’en mail privé la politesse et l’argumentation ne soient pas de mise… mas tellement prévisible et symptomatique de notre grandeur sociétale qui s’éteint…
        Bonne journée Hervé ! Et au plaisir de se parler un jour 🙂

  • Emmanuel P.
    19/04/2019 at 10:40

    En effet bien dit!

  • Carole
    19/04/2019 at 12:11

    Tout à fait d’accord avec Nicolas, la priorité du pouvoir et de l’argent tant qu’il y en a et avec la liberté tant qu’elle est encore là devrait être donnée à l’adaptation au changement climatique dont nous avons ouvert la boite de pandore et qui va nous causer des ennuis majeurs quoi que l’on fasse, même si agir pour limiter les émissions carbone maintenant est aussi essentielle.

    • Nicolas
      20/04/2019 at 9:59

      Carole, très rapidement car je ne veux pas monopoliser la parole sur ce post…
      Baisser nos émissions de CO2 est essentiel, mais la boite de Pandore Écologique contient au moins une dizaine de sujets majeurs de ce type (pollutions volontaires et accidentelles, ressource en eau, désertification, qualité d’agriculture, logiques industrielles, logique de circulations des marchandises, ….) qui sont liées aux sujets politiques et économiques. Le défi qui s’offre à nous est de repenser complétement les paradigmes du XX° siècle, sinon nous finirons dans le mur…

  • edurand
    19/04/2019 at 2:13

    J’approuve !

  • Jean-Michel
    29/04/2019 at 3:21

    Un état d’âme de réactionnaire, sans aucun doute. Il serait bon de tourner sept fois la plume dans son encrier avant de parler sous le coup de l’émotion…
    Sacrément déçu

  • Pascal
    04/05/2019 at 12:33

    Bonjour,
    J’aurais une troisième vision.
    Des oligarques, qui ont fait leur fortune non pas grâce à leur talent créatif, mais par leurs réseaux qui leur ont permis de faire main basse sur des entreprises ou d’avoir accès à des marchés publics très rémunérateurs. Donc qui ont fait fortune grâce à l’Etat qu’ils passent leur temps à stigmatiser.
    Ces oligarques, habituellement, font certes vivre des milliers de personnes, mais passent le plus clair de leur temps à échapper à l’impôt, à délocaliser, à réduire leurs frais de personnel, et à presser les salariés qu’ils n’ont pas encore réussi à remplacer par des machines.
    Ces oligarques, qui paient en proportion de leurs revenus beaucoup moins d’impôts que la classe moyenne, celle qui fait tourner réellement le pays, enlèvent chaque année au budget de l’état, grâce à une fraude fiscale « légale », l’équivalent du déficit budgétaire. Sans cette évasion fiscale massive, on n’aurait plus de déficit, donc plus de dette, donc plus de service de la dette, donc plus d’argent pour financer les routes, les hôpitaux, et l’entretien de nos nombreux monuments, qui coûtent certes un pognon de dingue, mais sont la richesse de notre culture (qui existe, contrairement à ce que disent certains incultes qui nous dirigent).
    Donc, pour payer l’entretien, il n’y a personne, sauf s’il s’agit d’un chantier qui permettra de facturer des surcoûts en pagaille. Par contre, pour faire apparaître son nom en tête des généreux donateurs, nos oligarques sont présents, surtout si l’on peut en même temps obtenir une déduction fiscale à hauteur de 90 % (donc faire payer la quasi totalité par le contribuable), comme certains l’ont réclamé.
    Quant à choisir la destination de ses impôts, cela revient à une privatisation de l’Etat, les plus gros contributeurs pouvant alors exiger un emploi des deniers publics qui va en leur faveur. On en reviendrait à ce que l’on connaissait au XIXème siècle, quand les grands familles les plus riches donnaient l’aumône à LEURS pauvres. Finies les notions de répartition équitable, d’égalité devant l’impôt, de solidarité, et de citoyenneté. Ce sera « chacun pour sa gueule », comme on en prend le chemin.
    Cordialement,
    Pascal.

    • dens
      12/08/2019 at 5:52

      Tout à fait d’accord
      J’ajouterai que les fonctionnaires qui n’ont jamais rien créé selon le blogueur restent lès seuls responsables devant l’opinion de tous les maux un peu comme dans les animaux malades de la peste on leur reprocherait presque l’incendie de notre dame .
      il est navrant de lire ce qu’on entend à longueur de journée dans les médias populistes et réactionnaires, venant d’un vigneron d’un viticulteur c’est un peu de soufre en trop sur des feuilles assoiffées un megot qu’on jette par la vitre de sa vvoiture en pyromane ànonyme
      il me semble que lorsque je travaille dans une vigne je suis plus tenté de me souvenir des ouvriers qui ont créé par leur travail cette parcelle sué au soleil de juin ou frissonne en janvier pendant la taille que des quelques privilégiés nés dans le confort ayant étudié gratuitement aux frais de la république et qui par altruisme promettaient de participer à la reconstruction d’un monument historique
      cet affichage ce concours d’intentions est soit ridicule soit scandaleux il est bien le symptôme d’une société qui s’émerveille de pacotille et ne réfléchit plus .
      La perte d’une cathédrale , la belle affaire,

  • Alain Leygnier
    04/07/2019 at 9:07

    Excellente analyse, remet les choses en place !

Répondre à Nicolas Annuler la réponse.

Abonnement

Archives