Vendanges 2019 * Jour J+15 * Accepter l’urgence d’attendre


Voilà, on y est. Au fameux seuil de l’ami Vilfredo. Le seuil des 80 %. Mais inversé.

Comment, tu lis ce blog depuis quinze ans, tu connais pas Vilfredo ? Vilfredo Pareto ? Mais bien sûr, que tu le connais, le principe des 80-20. Ce principe empirique qui défend qu’en économie (et à mon avis dans bien d’autres domaines…) 80 % des effets sont le produit de 20 % des causes.

Bon, apparement, d’après Wikipédia, le bon Alfredo n’en serait pas l’inventeur et l’observation du principe viendrait d’avant. Bon, maintenant, de toute façon, on s’en fout un peu, le principe de Pareto est entré dans les moeurs.

Je l’ai découvert vers 35 ans, je pense. Et depuis, je tente de l’appliquer sans toujours y arriver, mais en constatant la plupart du temps combien, tout empirique qu’il soit, il est utile. J’aurais sans doute pu appliquer avant la sagesse populaire et comprendre plutôt, moi qui suis si friand de dictons, ce que nos grand-mères savaient depuis toujours, résumé d’une phrase, que «le mieux est l’ennemi du bien».

Bon, on a dû rentrer,  «à vue de nez» – j’adore cette expression, en soi ridicule et si parlante pourtant – les deux tiers des raisins.

«Au pif», tu vois, on a fait le principal. Mais pas encore l’essentiel. Enfin, «au pif». Un de mes amis me disait, sur un tout autre sujet, que j’avais du «flair». C’est ce que dit cette expression, «à vue de nez» : que parfois, dans l’analyse d’une situation, tous tes sens comptent, y compris peut-être, certains que tu ne maitrises pas vraiment; tout ce qui fait, une fois réunis, que l’animal suit son «instinct», avance, recule, s’enfuit ou se lie. Comprendre et accepter son animalité, et, parfois, la laisser parler, voilà, sans doute, est une des raisons pour lesquelles certains font des bons vins et d’ autres non.

Il doit nous rester cinq jours de vendanges. Peut-être six. Petite équipe. Meilleures parcelles. Plus grands vins, potentiellement. Bon, plus je vieillis, plus je m’interroge sur la notion de «grand vin» mais c’est un autre problème. Goût, équilibre, longueur bien sûr. Mais aussi «énergie», sans doute, «information» peut-être, «intention», je le pense. Et surtout « moment de consommation » et « qualité des relations humaines ».

Tiens, d’ailleurs, on commence gentiment à mesurer tout ça. Et c’est plein, mais alors plein, d’enseignements…

img_2467

Journée de pause, donc, pas de vendanges hier. Un petit bout de Grenache aujourd’hui et notre parcelle de Tempranillo, à point. Sans doute pas lundi ni mardi. Mercredi on verra bien. Sur les vignobles d’altitude, on est en fait sur une dynamique d’année «normale» et donc, il ne ne sert à rien de se presser. Les peaux sont dures, épaisses, les degrés déjà élevés ne monteront plus et on annonce une grosse pluie ce weed-end et du beau temps ensuite. A la cave, les premières dynamiques fermentaires annoncent des vins avec tout ce qu’il faut où il faut, le genre de mec que t’aime mettre torse nu pour aller changer ton antenne de télé sur le toit, pour ceux qui ont vu «Once Upon the Time in Hollywood».

Grand tour de tout ce qui reste dans les vignes avec mon vieux 4×4. Je lutte contre l’obsolescence technologique, comme on peut le voir sur cette photo Collector : Ipod  7ème génération (mes enfants regardent sa molette et son écran comme des objets moyenâgeux et fascinants) où j’ai remplacé le disque dur par une carte SSD, dont la sortie jack transmet la musique par l’intermédiaire d’une fausse cassette audio (j’ai renoncé à leur expliquer la cassette audio…) pendant qu’il recherche sur l’allume cigare en USB… Yes ! Nickel !

img_2596

Je prends le risque, un peu fou, car l’essentiel des cuvées Vieilles Vignes et Clos des Fées sont encore sur pieds. Grenache, Carignan, Mourvèdre et le Cabernet pour le Faune. Toutes les vignes sont en pleine forme, niveau raisin de table et, en cas de souci, on pourra accélérer.

Tentons le grand millésime, celui qui, dans vingt ans, qui sait, pourrait vous faire dresser les poils des avant bras… Où ratons le. Mais mettons tout notre cœur à faire tout cela !

On continue avec le Vintage puisqu’on y est… Un peu de Reggae avec l’ami Bob Marley, dont la musique ne vieillit pas (elle…) et qui me dit que, je l’espère, je ne vais pas «wainting in vain…». Et on se balance en rythme, s’il vous plait ! Le bon Reggae, ç’est quand même irrésistible… Pas d’hésitation, vous pouvez enchainer sur Jamming… Et après on explore Gregory Isaacs, Groundation et Jah Mason…. Je vous ai mis la version de Gilberto Gil, en fait. L’autre, vous la trouverez… Ah, et sur Youtube, Annie, en Minnie, elle, attend le retour de Mickey et s’affaire au ménage de la maison… Bon week-end les amis.

Ce que j’écoute pendant les vendanges ICI sur Spotify. ICI sur Deezer. ICI sur Youtube.

2 commentaires

  • Nicolas
    21/09/2019 at 12:55

    Bonjour Hervé,
    Question peut être idiote (?), mais qu’est-ce donc que cet appareil de mesure piquant??
    Encore merci de nous faire partager avec style vos vendanges dans les moindres recoins 😉

    • Hervé Bizeul
      21/09/2019 at 4:33

      Recherche et développement. Un instrument de mesure.

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives