Premier Salon des Vins d’Auteurs


A peine rentré de Vinexpo et après deux jours à régler des problèmes et à remplir des papiers, il est temps de recharger la voiture, direction Gap pour le premier Salon des Vins d’Auteurs, la dernière idée loufoque de deux de mes vieux, très vieux amis, François Briclot (le Rouge-Gorge, fameux bar à vins parisien) et Dominique David, designer de meubles aussi beaux que pratiques et hôte parfait.

Drôle d’idée que de réunir à 1000 mètres d’altitude, dans la ferme à peine domestiquée de David, une trentaine de vignerons qualifiés « d’auteurs » (on ne reprend pas le débat, s’il vous plaît…). Trente vignerons à forte personnalité (c’est le moins que l’on puisse dire…) et aux convictions bien accrochées, cela donne un week-end animé où l’on a beaucoup bu, beaucoup parlé, des joies comme des peines, des réussites comme des galères.

L’occasion pour un public qui m’est, avouons-le, étranger, peu averti dans l’ensemble, de me donner, bien involontairement une grande claque dans la gueule. Bien sûr, personne dans les Alpes n’avait entendu parler du Clos des Fées et, à vrai dire, je m’y attendais. Mais c’est la mauvaise image et/ou la méconnaissance totale des vignobles du Roussillon qui m’a franchement surpris. Et un peu vexé, je dois l’avouer. Je n’étais pas le seul à avoir ce problème qui montre bien, si nécessaire, combien le décalage entre l’amateur de vin et le grand public est grand. Loin de s’améliorer, j’ai l’impression que ce fossé se creuse. Est-ce la faute à un monde du vin trop complexe comme le prêchent certains ? Pendant trois jours, je n’ai pas été loin de le penser.

Bon, on a bien rigolé, alors je mets une jolie photo de l’endroit et un lien vers le site, fort bien fait, où l’on vous explique tout ce que vous avez raté avec plein de fiches techniques sur les vignerons.

P.S. : j’ai rencontré Yvonne Hegoburu. On n’a pas parlé de Mondovino. Elle a bu un grand verre de petite Sibérie et m’a fait du gringue pour en avoir un autre. Je le lui ai servi avec respect. Je comprends que Jonathan soit sous le charme. Si j’avais 30 ans de plus… :))

P.S.S. : citer tous les bons vins que j’ai bu est impossible. Mais le Viognier du Domaine du Deffends, le Vermentino du Domaine Renucci, le Joyaux du château le Queyroux et le Rubrum Obscurum du Château de Roquefort font partie des très très bons vins dégustés cette année.

Laisser un commentaire

ABONNEMENT

Recevez les billets du blog dès leur publication. Et rien d'autre.

Derniers commentaires

Archives