Des marques pour qui, des marques pourquoi…


Cloué à la maison par une mauvaise angine, je trouve enfin le temps d’écouter un peu France Inter. Rediffusion d’une excellente émission de « Rue des entrepreneurs » sur les marques. Vous pouvez l’écouter ICI, vous ne perdrez pas votre temps. On y raconte plein de choses intelligentes bien que l’on ne parle pas de vin.

Plusieurs opinions m’interpellent. En particulier celle de ce consultant qui explique qu’une marque, à l’origine, c’est simplement un produit meilleur que les autres, fait par un artisan plus doué (ou plus travailleur…) que les autres. Peu à peu, le nom de cet homme ou de son produit devient une référence de qualité supérieure. Puis devient une marque, l’homme étant alors le plus souvent oublié. Et une des raisons du déclin actuel de beaucoup de marques, c’est peut-être parce qu’elles ont oublié petit à petit l’importance du mot QUALITÉ et se limitent pour beaucoup d’entres elles à vendre du marketing.

Or, depuis le début de l’année, je ne sais pas si vous avez remarqué mais, dans le monde du vin, on parle beaucoup de marques. Des nouvelles marques. Des marques pour les jeunes. Des marques pour les femmes. Des marques pour l’export. Conçues par des « agences marketing », packagées par des « bureaux de styles », au lancement appuyé par des millions d’euros de PLV et de publicité. Mais nulle part ou presque on ne parle de qualité… Sans doute vais-je encore passer pour un oiseau de mauvaise augure mais j’ai l’impression que l’on se fourvoie. Rien ne se démode plus vite que la mode. Rien n’est plus grave et suicidaire que de penser que le consommateur est un c.. et qu’un beau packaging lui fera plébisciter un produit qui n’est pas bon.

Un vin meilleur que son voisin de linéaire, un peu plus cher peut être, mais dont la différence de prix est pleinement justifiée par le plaisir supérieur qu’il procure, voilà les vins et donc les marques qui nous manquent. Enfin je crois.

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives