Mondovino en plein air


Journée portes ouvertes à Vingrau samedi dernier.

Le but ? Permettre aux habitants du village de découvrir les caves de leur village, caves qu’étrangement, ils n’ont pour la plupart d’entres-eux jamais visitées.

Journée bon enfant, suivie d’un casse croûte sur la place du village puis, dès la nuit tombée, d’une projection gratuite et en plein air de Mondovino.

Et bien, malgré la fatigue et l’heure tardive, je dois avouer que j’ai revu ce film avec plaisir. Certes, je le trouve toujours aussi roublard et manipulateur. Mais c’est indiscutablement un film nécessaire et passionné, qui met sur le tapis quelques-unes des vraies questions que tout amateur de vin devrait se poser aujourd’hui.

En le revoyant, j’ai pris conscience qu’un des aspects du film n’apportait vraiment rien, c’est celui ou J. Nossiter s’en prend au fascisme. 15 bonnes minutes de trop où l’on essaie de déterrer le comportement de certains vignerons ou entreprises pendant la deuxième guerre mondiale ou à la tentation d’une forme rampante de totalitarisme qui malheureusement, trouble encore une partie de l’amérique latine.


En supprimant cela, on aurait sans aucun doute pu utiliser ce temps pour présenter d’autres témoignages, plus utiles et plus perpinents. Je reste dans l’attente d’une version « télé » de 10 heures qui, il me semble, avait été annoncée.

Ah, de Montille et Guibert, quels personnages! et quel merveilleux témoignage pour l’histoire…

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives