T’as voulu voir Oxford…


…Et on n’a rien vu du tout ! Invité pour un colloque de « renaissance des vins français » (ah bon, ils sont morts ?), nous voilà pour 48 heures dans une ville magnifique dont je n’aurai rien vu, tant le planning fut chargé. Pour tout avouer, même pas le temps de faire le tour des jardins du « manoir des 4’ saisons », hôtel merveilleux, dont le propriétaire et chef, Raymond Blanc, était à l’origine de l’affaire.

En deux jours, quatre forums, avec pour thèmes : Bordeaux, Bourgogne, Rhône et Languedoc-Roussillon. Des journalistes prestigieux pour les animer, un public de grande qualité (journalistes professionnels, économiques ou généralistes, négociants, sommeliers, cavistes) et même TF1 qui se fend d’un sujet au journal de 20 heures. Je n’ai participé qu’au forum Languedoc-Roussillon et aussi assisté à celui sur le Rhône.

En deux mots, on nous reproche aujourd’hui : notre manque de dynamisme commercial ; notre certitude d’être le seul pays au monde à posséder des terroirs viticoles ; notre mensonge sur l’AOC, que le monde entier prend pour un signe de qualité et qui n’est, immense hypocrisie, qu’une garantie d’origine ; notre impossibilité à prendre en compte de nouvelles habitudes de consommation ; notre aveuglement à continuer à vouloir « éduquer des indigènes » à la bonne façon de boire (c’est à dire, la nôtre) au lieu de s’adapter à ses goûts et à ses envies ; notre prétention à mettre en marché, sous des noms aussi prestigieux qu’historiques, des vins médiocres à des prix ridicules. J’en oublie, mais je crois que l’essentiel y est. Oups !

Alors, difficile de lutter contre tant de critiques, surtout quand on les trouve pour la plupart plutôt justifiées. Mais bon, on a raconté notre histoire, dit et redit que derrière des bons vins, il y avait avant tout des hommes, et que, en ce qui nous concerne, notre aventure prouvait que l’on pouvait faire de bons vins et les vendre dans le monde entier. Le tout dans un anglais de cuisine, plein de fautes, mais qui, je l’espère, a été compris. Un colloque passionnant, fatiguant, et, au final, une grande fierté que le Languedoc-Roussillon soit là et que nous en soyons, avec nos amis les Gauby, un des représentants.

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives