La mort d’un grand


La mort d’un grand

J’emprunte ce texte sur Sport24.com.

J’espère que Guillaume Serres, son auteur, ne m’en voudra pas :

« George Best n’est plus. L’ancienne gloire du football nord irlandais est décédé ce vendredi suite à une infection pulmonaire aggravée. Le football britannique perd l’un de ses plus grands héros. Hospitalisé au mois d’octobre pour une infection pulmonaire aggravée qui faisait suite à un alcoolisme prononcé depuis plusieurs années, l’état du Ballon d’Or 1968 n’avait cessé d’empirer depuis. Placé sous assistance respiratoire la semaine dernière, Best est donc mort ce vendredi. Surnommé le 5e Beatle à sa grande époque, Best est surtout l’un des plus grands joueurs anglais de tous les temps. Avant-centre technique au possible, il a évolué sous les couleurs de Manchester United entre 1963 et 1974. Il y gagna notamment deux championnats en 1965 et 1967 ainsi qu’une Coupe d’Europe des clubs champions en 1968, année qui le vit être couronné avec le Ballon d’Or, récompensant le meilleur footballeur évoluant en Europe. 466 apparitions avec les Red Devils et 178 buts plus tard, Best était mis à la porte du club à 27 ans, pour, déjà, des problèmes d’alcoolisme. Parmi ses plus grandes œuvres, on soulignera évidemment un sextuplé incroyable contre West Ham United. 37 fois international avec l’Irlande du Nord, et auteur de 9 buts, il finit sa carrière dans des clubs moins huppés, Fulham d’abord (42 matches, 8 buts), puis Stockport County (3 matches, 2 buts), avant de s’exiler en Écosse au Hibernian, puis aux États-Unis (Los Angeles Aztecs, San José Earthquakes) jusqu’à sa retraite en 1983. Il revient symboliquement en Angleterre pour y disputer 5 matches avec Bournemouth. La suite ne sera faite que d’excès en tous genres et la descente aux enfers ne s’arrêtera plus. Suite à une greffe du foie, ces médecins lui ordonnent de se désintoxiquer mais l’ancienne gloire refuse d’obéir. Sir Alex Ferguson s’est fendu d’un émouvant communiqué : «Il a été un joueur fantastique. Tout le monde à Manchester considère George comme l’un des plus grands. Tout cela est vraiment triste parce que c’était quelqu’un de formidable.» Johnny Giles, ancien coéquipier au sein de la sélection nord-irlandaise, a clairement défini la personne : «Pelé n’était pas aussi doué que Georges. Je placerai certainement Georges au-dessus de Johan Cruyff parce qu’il a eu plus de cœur.» A 59 ans, George Best est donc parti. »

Fin de l’article.

A la radio, j’entends que peu avant sa mort, annoncée, Georges disait :

« J’ai dépensé beaucoup d’argent en picole, en jolies filles et en voiture très rapides. Le reste, je l’ai… gaspillé ».

Eduquons, formons, encadrons les excès quand ils nuisent à la liberté, à la santé ou à la sécurité des autres.

Mais, par pitié, laissons chacun libre (et responsable…) de ses choix. De sa vie. De sa mort.

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives