Vendanges 2021 – Jour 9 – Être en panne


Grosse fatigue. Moral dans les chaussettes. Je sais, je ne devrais sans doute pas dire cela, afficher, comme doit le faire le vigneron, un moral d’acier, par tous les temps, quelque soit la situation. Seul mon ami Nicolas Lesaint, à ma connaissance, le fait parfois, sur Facebook et raconte, les yeux dans les yeux, tous les problèmes auxquels il doit faire face : les pannes, le personnel défaillant, la météo apocalyptique, les poubelles jetées dans les vignes, la pression environnementale et profondément injuste, la lourdeur des papiers, des contrôles, la charge mentale épuisante qui s’abat, jour après jour, sur vos épaules et se cristallise dans la charnière cervico-dorsale. Alors, le vigneron somatise, fait d’une tension psychologique une tension physique. On ne devrait pas, je sais. Mais comment faire ?

Année complexe ici. Nous terminons demain les vendanges pour les Sorcières, ou presque, si je décide de reculer un dernier Carignan. Mais la messe est dite, il y en aura peu. La nouvelle me touche plus qu’elle ne le devrait. L’entreprise est solide, elle peut encaisser tout cela mais, alors même que je n’y peux rien, que je n’y suis pour rien, cela m’accable et je m’en sens responsable. Combien de fois ai-je répété à mes confrères qu’il nous fallait moins «habiter» notre vin, que nous n’étions pas «lui», que nous devions prendre de la distance. Pourtant, je reste noir.

Mercredi, j’ai la réponse : au lit, virus, bouillotte, fièvre, frissons, je vous passe les détails. Jeûne et doliprane. Je ne tenais plus debout. Je devrais le savoir, quand j’ai comme ça une baisse de moral, c’est que je couve quelque chose. Je me relève pour écrire ce billet, une promesse doit être tenue, puis je vais y retourner. Pendant la nuit, 30 mn ici, une bénédiction, quelque part, mais avec un temps clairement tropical et des chaleurs tout à fait inhabituelles, on est dans une configuration parfaite pour l’arrivée du botrytis. Or, si nous allons pouvoir rentrer les Syrah pour le Clos des Fées et les Vieilles Vignes la semaine prochaine, il faudra encore au moins deux semaines avant les vignes d’altitude. Effeuillage, effeuillage, effeuillage.

Bon, faut bien mettre des photos, ça va rendre ce billet plus gai…. Je ferai mieux la prochaine fois.

Ce que j’écoute, au jour le jour, pendant les vendanges. Mais pas tous les jours.

5 commentaires

  • Carole
    10/09/2021 at 8:54

    Bon courage et merci d’écrire quand même

  • Schorsch
    10/09/2021 at 9:41

    Courage Hervé. J’adore votre blog plein d’énergie, en contraste avec votre personnage calme et posé (lors des dégustations au moins) Soignez vous bien pour vous lire de nouveau en pleine forme. Amicalement

  • Charles DS
    12/09/2021 at 10:51

    Merci et bravo ! Reposez vous bien. Je suis sur que vos vignes, tout comme elles peuvent vous abattre parfois, arriveront aussi à vous redresser 🙂

  • Michel Baraton
    14/09/2021 at 2:23

    Bonjour Hervé, courage !
    Penses à ce joli millésime que tu vas pouvoir sortir malgré les péripéties !
    c’est la force, l’expérience et l’énergie des grands vignerons, A bientôt
    Michel

  • ADLER Bruno
    14/09/2021 at 8:31

    Hello l’ami, tu connais le truc de la page blanche ? Je t’envoie une bouffée d’énergie Positive

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives