Vendanges 2021 – Jour 4 – Dernières vendanges à la Chique


Nos chers Roumains sont bien arrivés, nous allons nous consacrer à vendanger la Chique. Les grappes sont rares, l’équipe motivée, la chaleur supportable (25 ° au plus fort de la journée contre 35° encore la semaine dernière), nous irons vite.

Cette vendange sera peut-être (j’ai hésité entre peut-être et sans doute, je l’avoue) notre dernière vendange sur cette propriété dont nous avons sauvé les oliviers de l’arrachage il y a douze ans, je crois, en la prenant en charge. Les vignes, du coup, qui étaient dans la corbeille de la mariée. Tout était en très mauvais état, c’était une folie totale mais on l’a fait avec passion. Je ne pouvais pas la laisser mourir, tout simplement.

J’ai longtemps, très longtemps été un amateur de vin désargenté et j’ai mis un point d’honneur et tout mon cœur à faire avec ces 28 hectares, mal foutus, mal plantés, mal entretenus un bon vin, le Domaine de la Chique. Je n’en ai jamais vraiment parlé, il a eu sa vie, longue et heureuse, chez Carrefour et surtout Carrefour Market, grâce à des acheteurs passionnés qui y ont cru et en ont fait un produit «Reflets de France», marque que j’aime bien et pour laquelle j’ai écrit, à l’époque où il y avait des journaux dans les supermarché, jamais déçu par ces produits artisanaux et au prix juste.

Bientôt, encore que personne ne sache quand, le TGV, le progrès, donc, va passer sur une partie de la propriété. C’est comme ça. Nous sommes ballottés de responsables en responsables depuis des années, des mois, personne ne veut s’engager sur rien, je suis fatigué, je l’avoue, de contrats de location à court terme qui ne nous permettent pas de renouveler les plantations, d’entamer le déplacement des oliviers que j’ai eu un immense plaisir à cultiver tout ce temps. Ce ne fut pas simple, je les ai vraiment aimés passionnément et, bientôt, ils se retrouveront en pots, dans des jardineries ou simplement abandonnés, attendant le bulldozer. Personne ne se souviendra du nom des responsables, la filière olives de pays occitane prendra un sacré coup capable de la tuer, parce la Lucque, c’est rare, on importera des olives du Magreb et puis on oubliera le goût même de la Lucques dites de pays, concerné au froid en saumure, olive merveilleuse, morte d’une écologies rouleau compresseur qui empêche ici et autorise de l’autre coté des Pyrénées sans se soucier des réalités.

J’espère au fait que comme moi vous vous êtes inscrit à la primaire des écologistes et que vous allez voter Sandrine Rousseau : les occasions de s’amuser et de se faire peur en même temps sont rares et quand la France permet d’éclosion d’un tel dictateur en puissance, il faut l’encourager pour mettre un peu de piment dans les élections. Des écologistes qui vivent hors sol, en ville, ne savent rien de l’agronomie et de l’agriculture, de la nature même, des animaux, de l’eau, du vent, mais alors rien de rien de la réalité, c’est quand même quand on y pense, une sorte d’humour noir à saluer.

En douze ans, ce vin vendu autour de six euros aura obtenu plus de 40 médailles d’or et d’argent dans tous les concours français. Je pourrais les encadrer et en consteller un mur tout entier. Il a surtout trouvé son public qui en connait les qualités, souvent sans même que l’amateur fasse le lien avec le Clos des Fées ou moi. C’est ça qui est formidable : être aimé pour soi, pour ce qu’on est, pour le plaisir qu’on procure, être racheté. C’est une grande fierté. C’est mon université populaire à moi, je travaille mon coté Michel Onfray (le bon…). Tiens, je vais bosser mon Épitecte, comme toujours en ces moments, là : « Souviens-toi que tu es comme un acteur dans le rôle que l’auteur t’a confié : court, s’il est court ; long, s’il est long. Il dépend de toi de bien jouer ton rôle, mais non de le choisir ». Mais bon, quand on chaud bouillant passionné par tout ce qu’on fait, c’est pas simple, Épi, tu sais bien…

Le millésime 2020 sera en Foire aux vins, je crois, en septembre ou en octobre, je vous recommande vraiment d’en mettre quelques bouteilles en cave parce qu’il y a de fortes chances, même si on ne sait jamais, que ce soit le dernier millésime.

Pardon de la ramener un peu, je me suis amusé à mettre quelques unes des médailles sur ce blog, celles de cette année, et encore il en manque une ou deux. Au moins, il restera au moins sur le Web un souvenir de ce vin. Et puis, allez, je l’avoue, ça a bien amusé le gamin de dix ans qui sommeille toujours en moi, bien vivant, et que je cultive avec passion, de rafler tout ça avec mon vin le plus modeste.

Hervé, nostalgique et fatigué. Je ferai mieux demain. Et puis «le pire n’est jamais certain» comme on dit dans les films de Lelouch

Ce que j’écoute, au jour le jour, pendant les vendanges. Mais pas tous les jours. Pour la chanson, je ne prévois jamais rien et celle-ci s’est imposée au fil de l’écriture. Peut-être qu’un jour on dira de moi comme Libé l’avait titré de Nino Ferrer que j’aurai eu «un itinéraire singulièrement pluriel»….

Du coup, en l’écoutant, comme par magie, je me suis retrouvé en colo, à 12 ans, en juillet 1971, au bord du lac Léman, en train de faire un spectacle devant mes camarades, chantant à tue-tête… La boîte à souvenirs s’est ouverte et les souvenirs affluent désormais, me remontant peu à peu le moral, moi dans la cage aux singes, moi faisant des émaux, moi embrassant chastement ma première petite blonde, moi cherchant des myrtilles… Les nostalgies se mélangeant gentiment. Ca apaise.

Et vous, à l’été 71, où étiez-vous, au fait… ? (pour les boomers, c’est induit…)

4 commentaires

  • Frendo Pierre
    02/09/2021 at 4:50

    Bonjour Hervé,
    Tu peux également indiquer que le 2020 du domaine de la chique a également été sélectionné par la RVF parmi les 1315 cuvées française pour se faire plaisir (15 cuvées en côtes du Roussillon). Bon, je crois me rappeler que vos relations n’étaient pas au beau fixe…
    bien cordialement,
    Pierre

    • Hervé Bizeul
      03/09/2021 at 6:26

      J’en suis ravi. En dégustant à l’aveugle (source de nos différents), les résultats sont souvent surprenants 😉

    • Charles DS
      07/09/2021 at 7:45

      Et hop 12 bouteilles commandées à la foire aux vins de Carrefour.
      Merci du conseil

    • Laurent Martini
      11/09/2021 at 12:13

      Et bien je viens de suivre votre conseil. J’en ai mis en cave quelques unes. Au plaisir du 2021 quand même !

Laisser un commentaire

Abonnement

Archives